ACCUEIL CONTACT RECHERCHEZ DANS LE SITE   
VOUS CHERCHEZ
UN METIER UN METIER
UNE FORMATION UNE FORMATION
UN ETABLISSEMENT UN ETABLISSEMENT
alternance des MFR

Travailler dans les Maisons familiales rurales

 

apprentissageVous trouverez ci-dessous différentes fiches présentant les principaux métiers exercés dans les Maisons familiales rurales et les conditions d’emploi :


bac pro et alternanceLe tronc commun de la convention collective des salariés des Maisons familiales rurales

bts et alternanceL’annexe de la convention collective sur les catégories de métiers et les grilles de salaire

 

Vous pouvez également :

 

- Consulter les offres d'emploi en Maison familiale rurale
- Saisir une candidature (accès au formulaire)
- Modifier une candidature existante (pour se faire , entrer votre nom et la référence qui vous a été donnée lors de la saisie).

Les candidatures déposées sur le site sont consultables uniquement par tous les directeurs de Maison familiale rurale. Elles restent en ligne durant trois mois. Si vous avez oublié votre référence, utilisez notre formulaire en ligne


Les salariés des Maisons familiales rurales

Chaque établissement qui adhère au mouvement des Maisons familiales rurales est une petite unité de formation par rapport à un lycée classique. Son action pédagogique est ainsi assurée par une équipe composée d’un directeur et de moniteurs (formateurs) qui agissent en étroite relation avec les autres salariés (secrétaire, maîtresse de maison, animateur, homme d’entretien, surveillant…). L’ensemble du personnel constitue l’équipe éducative.

Les salariés des Maisons familiales rurales, quel que soit leur métier, sont en relation avec des jeunes ou des adultes en formation. Chaque salarié, dans ses fonctions, ses comportements et ses actes, joue un rôle éducatif vis-à-vis du public en formation. Son action s'exerce au sein d'une équipe qui met en œuvre, sous la responsabilité du directeur, les orientations définies par le Conseil d'administration de l'association.
Les salariés concourent et adhèrent aux principes du mouvement des Maisons familiales rurales :

  • Reconnaissance de la responsabilité première des parents dans l'éducation de leurs enfants.
  • Volonté d'agir dans un territoire pour un développement humain, économique et culturel harmonieux dans une perspective de promotion individuelle et collective des individus selon l'éthique de l'économie sociale.
  • Souci de contribuer à l'éducation à la citoyenneté et de favoriser l'engagement au service de la collectivité selon les principes de l'éducation populaire.
  • Approche éducative globale prenant en compte les différents aspects de la personne et iant les différents lieux et temps de la formation dans l'entreprise, dans la famille et dans l'établissement selon la pédagogie de l'alternance propre aux Maisons familiales rurales.

Les salariés sont embauchés directement par une Maison familiale rurale. C’est le directeur de l’établissement qui choisit ses collaborateurs et qui les propose au Conseil d’administration. Le président de l’association signe le contrat de travail.
Les conditions d’emploi sont définis dans le cadre d’une convention collective nationale (tronc commun) ainsi que les rémunérations (dans le cadre d’une annexe par métier).



La directrice ou le directeur d’une Maison familiale rurale

Le Directeur détient son pouvoir de l’association. Il assure principalement 3 missions :

  • Une mission de formation, d’animation et d’éducation : Il participe aux activités de formation telles que définies par la fonction moniteur. Il justifie de la qualification pédagogique délivrée par l’Institution et des qualifications techniques nécessaires à l’enseignement. Il est responsable des plans de formation.
  • Une mission de permanent d’association : Il informe le président et le Conseil d’administration pour les aider dans leurs responsabilités associatives et élaborer les orientations nécessaires. Il met en œuvre les décisions prises. Il veille au bon fonctionnement de l’association par la préparation des réunions de parents, des Assemblées générales et activités diverses. Il garantit l’application des statuts. Il assure la participation aux activités institutionnelles (Fédérations départementales et régionales, Union).
  • Une mission de management de l’équipe et de gestion de l’établissement : Il assume la responsabilité de l’organisation et de l’animation de l’équipe (moniteurs et autres membres…), dans le cadre d’un projet d’éducation et de développement. Il valorise les compétences de l’équipe par la délégation de responsabilités. Il veille au respect des règles juridiques et administratives en vigueur dans le domaine de l’enseignement, mais aussi plus généralement dans les domaines du droit du travail, des règles fiscales et comptables. Dans le cadre des décisions du Conseil d’administration, il gère l’établissement sur le plan financier en liaison avec le trésorier de l’association.

Le positionnement hiérarchique du directeur relève de deux approches :

  • Engagé par une association, sa responsabilité s’exerce auprès du Conseil d’administration représenté par son président.
  • Par ailleurs, le directeur conduit son action dans le cadre des objectifs généraux du mouvement des Maisons familiales rurales.

La fonction directeur sous-tend des responsabilités. Si elle repose effectivement sur une seule personne, cette fonction s’exerce dans le partage notamment de l’information et la confiance, tant auprès des responsables associatifs que des collègues de l’équipe éducative. La responsabilité globale de la fonction du directeur ne se partage pas, mais certaines responsabilités peuvent et doivent se déléguer auprès des membres de l’équipe.



La monitrice ou le moniteur de formation alternée en Maison familiale rurale

Le moniteur exerce, au sein d’une équipe, une fonction globale qui ne se réduit pas à des tâches parcellaires ni à une fonction limitée d’enseignant (voir brochure intitutionnelle).
La formation est dispensée par la méthode pédagogique de l’alternance. Le moniteur s’oblige à acquérir la formation pédagogique propre au mouvement des Maisons familiales rurales.
Il est animateur d’un groupe en formation auprès duquel il assure un enseignement, mais aussi une action éducative générale, avec le souci de la connaissance de chaque personne formée et d’une aide personnalisée dans la perspective de la réussite de chacun. Fait ainsi partie de sa fonction, l’élaboration et la conduite des cours, la réalisation et la correction des contrôles des connaissances, le suivi individuel des jeunes, etc. La relation avec les partenaires de la formation (visite aux familles, maîtres de stage, employeurs…), constitue une dimension indispensable de sa fonction.
Le moniteur participe à la vie globale de l’établissement et de l’association : réunions de parents, de maîtres de stage, réunions du Conseil d’administration ou du Bureau sur invitation du président…
Son action s’étend à l’animation du temps résidentiel des jeunes ou adultes internes (veillées, permanences…), la garde de nuit ne fait toutefois pas partie de sa fonction.
Il peut être conduit à participer à d’autres activités, telles que recrutement des jeunes, rencontres institutionnelles, participation aux examens, manifestations locales… Il peut également être appelé à participer à des tâches autres qu’éducatives, notamment d’ordre administratif ou d’entretien matériel.

Le moniteur a d’abord une fonction globale de soutien, d’accompagnement de chaque élève et groupe d’élèves : Il joue un rôle de tuteur et d’animateur. Il organise et anime la liaison entre la Maison familiale rurale, l’entreprise, les professionnels et les familles. Il aide les élèves à utiliser les documents, à faire des exercices et des cas concrets, à les classer, à les analyser et à les mettre en œuvre (acquisition de méthodes de travail). Il apporte des connaissances. Il guide les synthèses et les recherches complémentaires.

Il est animateur de formation auprès d’adolescents, de jeunes ou d’adultes : La compétence du moniteur n’est pas du même ordre que celle d’un professeur chargé de donner des heures de cours dans certaines disciplines; ce qui le caractérise, c’est sa connaissance du milieu socioprofessionnel et la fonction d’accompagnement qu’il exerce auprès de chaque jeune et du groupe d’élèves, d’apprentis ou de stagiaires dont il a la responsabilité.

Il est accompagnateur de formation : Le moniteur est d’abord en attitude de découverte, interrogateur de l’environnement des élèves. Il tient compte du savoir tiré de leurs expériences personnelles. Il est attentif à la personnalité de chacun d’entre eux. Il est en position de communication, de recherche pour aider les uns et les autres à comprendre, à apprendre, à progresser à son rythme, à élargir ses points de vue, à se confronter aux autres. C’est donc un tuteur qui accompagne plutôt qu’un maître qui apporte le savoir.

Il est un collaborateur privilégié de la relation parent-jeune : Les visites aux familles et aux maîtres de stage font partie intégrante de l’activité du moniteur. Il a, en effet, besoin de connaître chaque élève dans la réalité de son entreprise et dans son environnement familial. Ces contacts lui permettent de discuter des types de travaux qui sont confiés au jeune, de la progression de ses responsabilités, de son projet professionnel. Par ailleurs, il participe aux réunions de parents et de maîtres de stage.

Il est membre d’une équipe éducative : Le moniteur travaille au sein d’une équipe de formateurs qui recherche le développement professionnel et social de chaque élève, organise la répartition des activités qui s’ordonnent autour d’un thème à caractère professionnel, familial ou social et qui créée l’unité de la formation dans la semaine, échange régulièrement et fait le point à partir des problèmes vécus.

Il est associé au fonctionnement de l’association, au développement d’une région : En tant que membre de l’équipe de la Maison Familiale, le moniteur participe à la vie de l’association. Conseil d’administration et équipe travaillent ensemble à définir le projet de l’association en relation avec les besoins du territoire.

Compétences professionnelles requises :

  • Posséder une connaissance du milieu agricole, social, artisanal, ou industriel, justifiée par une expérience d’au moins une année. Cette expérience professionnelle doit correspondre aux supports de formation des jeunes.
  • Etre titulaire des titres requis pour enseigner (Que ce soit pour les formations sous contrat avec le ministère de l’Agriculture, en apprentissage ou en formation continue, il est exigé un titre ou un diplôme technique de niveau III minimum, BTS, DUT…).
  • S’engager à suivre la formation pédagogique spécifique des MFR.

Qualités personnelles :

  • Faire preuve de maturité : la conduite d’un groupe en formation requiert des éducateurs ayant eux-mêmes assumé leur autonomie personnelle.
  • Présenter un intérêt marqué pour les jeunes, aimer vivre avec eux, avoir du dynamisme et des qualités d’animation.
  • Avoir le goût des relations humaines, le désir de dialoguer avec les autres et des aptitudes certaines pour le travail en équipe.
  • Etre capable d’innovation.
  • S’intéresser à la vie associative et au développement local.

Perspectives de carrière : Dans chaque poste, il y a une première phase au cours de laquelle chacun est amené à maîtriser les différents aspects de sa fonction, à acquérir de l’expérience dans des tâches diverses, à prendre des responsabilités, à se former. Dans une deuxième phase, la personne conduit son action en tenant compte de ses goûts, de ses compétences, de l’environnement. Elle s’adapte aux évolutions. Il est alors nécessaire d’envisager des actions de formation, d’information, de modification de l’organisation du travail, de l’élargissement des différentes missions. Enfin, elle peut être amenée à changer soit d’activité, soit de poste, soit de lieu d’exercice de l’activité. Par exemple, pour un moniteur :

  • mise en œuvre d’une formation nouvelle,
  • responsable d’une unité de formation,
  • direction de Maison familiale rurale.


La secrétaire ou la comptable d’une Maison familiale rurale

La(le) secrétaire ou la comptable inscrit son action dans un mouvement qui a des valeurs et des objectifs auxquels elle(il) s’engage à concourir positivement, tels qu’ils sont définis dans le préambule de la convention collective des Maisons familiales rurales et dans les statuts de l’association.
Elle exerce au sein d’une équipe une fonction globale, qui ne se réduit pas à des tâches parcellaires, de bureautique ou de comptabilité par exemple. Ses activités sont placées sous l’autorité du directeur ou la directrice de la Maison familiale et elle lui rend régulièrement compte de son travail. Elle est soumise à une obligation de confidentialité.
Elle anime éventuellement une sous-équipe mais toujours sous l’autorité du directeur.
Elle a le souci de la qualité des relations avec les jeunes, les parents, les partenaires de la Maison familiale ; elle établit et elle entretient avec eux un climat de confiance. Avec les jeunes, elle concourt à la réalisation du projet éducatif de la Maison familiale.
Elle développe une compétence particulière en comptabilité-gestion et/ou en bureautique.

Au niveau administratif : Elle maîtrise le plan de travail administratif global : réalisation et suivi d’échéanciers, suivi des dossiers, organisation générale du classement. Cela suppose la maîtrise globale des outils de bureautique.
Elle est responsable du travail administratif de la Maison familiale (courrier, convocation, archivage, compte rendu, etc.), éventuellement de la frappe de documents pédagogiques, du suivi administratif des dossiers élèves, apprentis ou stagiaires auprès des pouvoirs publics (dossier examens, déclarations des élèves,…).

Au niveau comptable : Responsable de la comptabilité, sous l’autorité du directeur, elle assure les enregistrements comptables, la facturation et son suivi, le suivi de la trésorerie, la réalisation des fiches de paie, voire d’autres tâches liées à la gestion du personnel de la Maison familiale (déclarations sociales et fiscales).
Elle maîtrise la comptabilité et applique dans ce domaine, comme dans tout autre, les décisions prises en Conseil d’administration. Avec le directeur, elle participe à la clôture des comptes de l’association en fin d’exercice ; elle peut également l’assister dans la préparation du budget prévisionnel.



La maîtresse ou le maître de Maison familiale rurale

La maîtresse ou le maître de maison exerce au sein d’une équipe une fonction globale, qui ne se réduit pas à des tâches parcellaires, de confection des repas par exemple.
La maîtresse ou le maître de maison exerce son activité sous l’autorité et en étroite relation avec le directeur ou la directrice de la Maison familiale. Elle(il) lui rend régulièrement compte de l’exercice de cette activité.
Elle (il) anime éventuellement une sous-équipe placée sous sa responsabilité mais toujours sous l’autorité du directeur.
Elle (il) a le souci et organise l’accueil des personnes venant à la Maison familiale, notamment pour les parents et les administrateurs.
Elle (il) est responsable de l’économat. Elle (il) réalise les menus en essayant de prendre en compte les goûts des différents publics accueillis et dans le respect de l’équilibre alimentaire et du budget alloué par la Maison familiale.
Elle (il) passe alors les commandes auprès du ou des fournisseurs de la Maison Familiale et est responsable de la réception des fournitures livrées.
Elle (il) réalise ou participe à la fabrication des repas. Elle (il) veille au respect par chacun des règles d’hygiène en vigueur.
Elle (il) calcule le coût de revient du poste « repas » et en communique les résultats au directeur de la Maison familiale.
Responsable du maintien général des locaux intérieurs, elle (il) veille à la bonne tenue et à la convivialité de l’ensemble : ambiance, propreté…
Elle (il) est en relation avec les jeunes. De ce fait, elle (il) concourt à la réalisation du projet éducatif de la Maison familiale. Notamment, elle (il) supervise les services en cuisine-salle à manger voire dans l’ensemble des locaux.
Elle (il) fait respecter par chacun les règles de vie de la Maison familiale.



L’animateur-surveillant dans les Maisons familiales rurales

L'association définit un plan d'animation des temps de présence des élèves en dehors des temps de cours : la conception et le suivi de ce plan d'animation peuvent être confiés à un moniteur ou à un animateur-surveillant. Celui-ci s'assure des conditions de réalisation des activités prévues, notamment en soirée, et fait le lien entre les salariés qui interviennent durant ces temps.
L'animateur-surveillant est membre de l'équipe éducative et participe à la mise en œuvre du projet éducatif de l'association.
Ses missions sont définies par le directeur tenant compte des modalités propres à chaque établissement, et s'inscrivent dans le temps résidentiel des élèves : présence lors des repas, entre les cours, études, animation de veillées...
Il peut participer, en collaboration avec les moniteurs, aux activités prévues avec les groupes de formation en dehors des heures d'activités de cours : sorties, visites d'études...
Il assure des surveillances de nuits (coucher des élèves, nuit proprement dite, lever) ; il veille au respect des règles de fonctionnement de l'internat, avec sens de l'écoute et sens des responsabilités. Il veille à la sécurité et à la tranquillité des élèves la nuit. A la fin de son service, il communique au directeur ou par délégation au moniteur de service, les informations relatives au déroulement de celui-ci (incidents, maladies, problème de sécurité...).
Il justifie ou acquiert une formation aux premiers secours dans les douze mois suivant son embauche.

Travailler à l'étranger

Des moniteurs peuvent être recrutés pour travailler dans le cadre de la coopération dans un pays étrangers. Ces quelques postes, très limités en nombre, demandent une solide expérience et connaissant bien les Maisons familiales rurales.