Infos pratiques

Comment s’inscrire

Les inscriptions se déroulent de janvier à septembre avec des exceptions selon les formations (formations scolaires par alternance ou contrat d'apprentissage ou contrat de professionnalisation ou formations continues). Par exemple, pour l'apprentissage, les inscriptions sont possibles jusqu'au mois de décembre. Vous devez vous renseigner auprès de chaque Maison familiale.

Élèves et parents rencontrent le plus souvent le directeur ou un formateur avant l'inscription. Il s'agit de définir ensemble le projet de l'élève, de l'apprenti ou du stagiaire et de lui expliquer le fonctionnement de la Maison familiale.

Une forte motivation est indispensable en formation par alternance. Dans les Maisons familiales, les exigences sont élevées, sur le plan du travail scolaire, du travail en entreprise et du comportement. De façon générale, la MFR propose aux familles une formule d'internat.

 

 

Le dossier administratif

Il comprend les données suivantes :

  • Documents relatifs à l'identité : copie du livret de famille, copie de la carte nationale d'identité.
  • Dossier scolaire : relevé de notes de l'année ou des deux dernières années scolaires, avis d'orientation du conseil de classe d'origine (pas nécessaire pour l'accès en 4e et 3e).
  • Dossier médical : certificats de vaccinations, certificat médical indiquant les contre-indications éventuelles liées la vie en collectivité (allergies, asthme…), autorisation de soins de la famille.
  • Contrat de scolarité : contrat de scolarité avec indication des engagements financiers de la famille liés aux frais de restauration et d'hébergement, signature du contrat éducatif applicable aux élèves dans l'établissement.
  • Assurance : contrat d'assurance individuelle accidents ou assurance responsabilité du chef de famille. 

Les élèves de l'enseignement agricole sous statut scolaire peuvent bénéficier d'aides diverses. Ces aides sont essentiellement liées au niveau du revenu fiscal de la famille. Les élèves peuvent bénéficier de bourses d'État, d'une bourse d'équipement (341,71 euros en première année de CAPA, BEPA ou Bac pro), ou encore d'une prime à l'internat (258 euros) pour les familles d'élèves boursiers qui ont choisi la formule de l'internat. Il existe aussi pour les familles aux revenus les plus modestes une aide du Fonds social lycéen, ainsi que pour les élèves boursiers issus de troisième une bourse au mérite récompensant de très bons résultats scolaires. Selon les départements et les régions, diverses aides peuvent exister (bourses d'études, bourses du Fonds social régional, transport scolaire…).

L'allocation de rentrée scolaire, variable selon le montant du revenu fiscal, est versée en une fois à la rentrée scolaire. Elle constitue une aide destinée à couvrir tout ou partie des frais supportés par les familles à cette occasion.

Une réduction d'impôt sur le revenu, indépendante du revenu fiscal, est applicable aux contribuables qui ont des enfants en formation scolaire.

Cette réduction, en 2016, est de :

  • 61 € pour un élève de quatrième ou de troisième,
  • 153 € pour un élève de CAPA et bac professionnel ou technologique
  • 183 € pour un élève de BTSA.

Les aides à l'apprentissage : Les élèves sous contrat d'apprentissage peuvent bénéficier d'aides particulières, notamment pour prendre en charge une partie de leurs frais de transport, d'hébergement et de restauration.

Les aides à la formation continue : Différentes aides sont possibles auprès des Assedic, des conseils généraux...

 

Le statut des élèves, apprentis et stagiaires en formation

Pour permettre à chacun de réussir selon ses envies et ses compétences, les Maisons familiales rurales ont diversifié leurs formations, de la 4e au BTS, et les statuts des formations. Les élèves sont dans des formations scolaires par alternance dépendant du ministère de l'Agriculture. Environ 20 % choisissent une formation par contrat d'apprentissage ou de professionnalisation pour des diplômes de l'Éducation nationale (et quelquefois du ministère de l'Agriculture également). Plus de 9 000 adultes qui souhaitent se perfectionner ou se reconvertir suivent une formation dont la durée varie selon les objectifs et les secteurs professionnels.

L'alternance sous statut scolaire :

Elle concerne les élèves de la 4ème au BTSA.

  • Organisation : Les jeunes alternent les semaines d'enseignement à la Maison familiale rurale et les périodes en entreprise. La scolarité, organisée selon ce principe de l'alternance. Les programmes sont identiques à ceux de l'enseignement classique et les diplômes préparés sont les diplômes officiels nationaux.
  • Stages : Les stages se déroulent dans des entreprises en rapport avec la filière choisie. La durée des stages et le nombre d'entreprises d'accueil en stage dans l'année dépendent de la formation choisie.
  • Conditions : Les conditions sont identiques au statut scolaire dans l'enseignement agricole public ou l'enseignement agricole privé sous contrat. Les élèves sont sous statut scolaire. Il n'y a pas de contrat de travail, contrairement à l'apprentissage, mais une convention d'enseignement et de formation professionnelle agricole. Les élèves peuvent bénéficier d'une gratification de la part du maître de stage, exonérée de cotisations sociales dans la limite de 15% du plafond horaire de sécurité sociale, soit 3.6€ par heure de stage.

L'apprentissage ou le préapprentissage :

Près de 12 000 apprentis, entre 16 et 25 ans, suivent une formation par apprentissage, pour des diplômes du ministère de l'Agriculture ou du ministère de l'Éducation nationale dans les Maisons familiales. Les élèves en classes préparatoires à l'apprentissage, à partir de 15 ans, demeurent sous statut scolaire. Ce sont des pré-apprentis (classes dites de "Dispositif d'Initiation aux Métiers par l'Alternance" ou DIMA). 

  • Organisation : La durée de l'apprentissage varie d’un à deux ans selon les formations, parfois trois ans en Baccalauréat professionnel. Le jeune suit la formation théorique à la Maison familiale rurale (minimum 400 heures). L'apprentissage se déroule dans une entreprise choisie pour la totalité du contrat.
  • Conditions : L'apprenti signe un contrat d’apprentissage avec l'employeur, qui est un véritable contrat de travail avec une rémunération minimale en fonction de son âge (de 25 à 78 % du SMIC) et les mêmes obligations qu'un salarié : horaires de travail, congés payés…

Formation continue, validation des acquis de l'expérience ou contrat de professionnalisation :

9 000 adultes suivent des cours en formation continue dans les MFR.

  • Public : Stagiaires de la formation continue
  • Organisation : Les conseils régionaux, qui gèrent des programmes de formation professionnelle continue, lancent des appels d'offres auprès des organismes de formation, et signent avec ceux retenus une convention annuelle. Les contrats de professionnalisation s’adressent :

- aux personnes âgées de 16 à 25 ans en vue de compléter leur formation initiale,

- aux demandeurs d’emploi de 26 ans et plus pour favoriser leur retour vers l’emploi.

Conditions : Les stagiaires de la formation continue sont rémunérés par leur entreprise, par la région ou dans le cadre d'un CIF (Congé Individuel de Formation), ou encore par Pôle emploi pour les demandeurs d'emploi.