Réussir autrement

La réussite aux examens et l'insertion

Résultats aux examens

En juin 2018, près de 30 000 jeunes et adultes des MFR se sont présentés à un examen, sans compter les stagiaires en formation professionnelle continue.

Résultats des formations scolaires au ministère de l’Agriculture

En formation scolaire, 18 469 jeunes et adultes des MFR (dont 17 468 scolaires) ont passé les examens organisés par le ministère de l’Agriculture en juin 2018. 16 224 ont été admis soit 87,8 % de réussite (résultats en augmentation par rapport à juin 2017).

Globalement, les résultats obtenus en MFR en comparaison avec ceux de l’enseignement agricole public ou de l’enseignement agricole privé sont un peu supérieurs, avec 1,5 points de plus (87,8 % de réussite pour les MFR, 85,6 % de réussite pour l’ensemble des composantes de l’enseignement agricole).

En 2018, pour tout l’enseignement agricole, 80 863 candidats se sont présentés aux examens et 69 592 ont été reçus.

(Source : DGER)

Qualifications présentées en apprentissage

Sur 4 103 apprentis qui se sont présentés à un examen de l’Éducation nationale ou du ministère de l’Agriculture en juin 2017, 3 580 ont été admis soit 87,3 % de réussite. (Source : enquête UNMFREO novembre 2017).

Les résultats obtenus aux examens préparés dans le cadre de l’apprentissage varient d’un diplôme à l’autre : 89,3 % au Bac pro par exemple (selon les chiffres du ministère de l’Éducation nationale, le taux de réussite au Bac pro était de 81,1 % en juin 2017) et 74,6 % en BTS.

Globalement, avec un résultat moyen de plus de 87 %, le taux de réussite est très bon.

Résultats au DNB

8 215 élèves des MFR se sont présentés au Diplôme national du brevet (DNB) en juin 2017 : 7 278 ont été reçus, soit un taux de réussite de 88,6 %. (Source DGER).

Les résultats au Diplôme national du brevet se maintiennent à un bon niveau. Ces résultats n’ont cessé de progresser dans les Maisons familiales depuis de nombreuses années. Ils sont supérieurs aux résultats obtenus dans la série professionnelle au niveau national : 79,7 % (session juin 2017 - Source MENESR-DEPP (BCP) - 2018).

 

Un diplôme... mais pas que !

La réussite à un examen et l’obtention du diplôme sont une étape importante dans un parcours de formation mais qui ne constitue pas une finalité en soi. Pour les Maisons familiales rurales, en effet, la construction de l’individu, la visée de son autonomie et de son épanouissement personnel et social, restent un volet essentiel de la formation, grâce à l’accompagnement qu’elles mettent en oeuvre. En plus du diplôme, de nombreux acquis sont donc valorisés à travers les périodes de stage, la dynamique de projet, les périodes de mobilité culturelles ou géographiques.

 

Devenir des jeunes et insertion professionnelle

Le mouvement des Maisons familiales rurales met l’accent sur la connaissance du devenir des anciens élèves après leur formation à la MFR. En 2000, l’institution se dote également d’une enquête pour suivre les sorties en cours de formation.

À partir de 2010, à l’occasion du plan « Agir pour la jeunesse » qui fait de la lutte contre le décrochage scolaire une priorité nationale, les MFR renforcent leur dispositif en réaffirmant :

  • La nécessité de conduire une stratégie éducative personnalisée propre à accompagner chaque élève, apprenti ou stagiaire.
  • L’importance d’assurer un suivi statistique des apprenants des classes non diplômantes (persévérance).
  • Le suivi de l’insertion des jeunes après leur qualification (prioritairement 7 mois après l’obtention du diplôme).

Persévérance scolaire

L’enquête « persévérance » réalisée en octobre 2018 sur les promotions 2017/ 2018 permet de dégager les résultats suivants.

Que deviennent les jeunes de MFR après la 3e ?

Sur 5 588 jeunes enquêtés (soit 63 % des inscrits), 4 830 poursuivent une formation.

Sur les 5 571 sortants de 3e qui poursuivent une formation, 51 % de ces élèves restent dans l’enseignement agricole, majoritairement sous statut scolaire (64 %) ou par apprentissage (35 %). Les classes de 3e des MFR remplissent ainsi parfaitement leur rôle de préparer les jeunes à accéder à l’enseignement agricole.

À noter que 18,6% des élèves reprennent une formation scolaire à l’Éducation nationale.

35 % des jeunes passés par une 3e en Maison familiale choisissent de suivre un parcours par apprentissage en MFR ou dans d’autres CFA.
Ce pourcentage d’orientation important dans une formation par apprentissage (qui est une excellente chose sur le plan de la qualification des jeunes et de leur insertion future) pose quelques soucis d’identification administrative : de nombreux élèves peuvent être ainsi considérés comme « décrocheurs » alors qu’ils sont en formation ! En effet, le système interministériel d’échanges d’information a des difficultés à prendre en compte les données relatives aux apprentis pour des questions de décalage des calendriers des enquêtes.

 

 

 

Que deviennent les jeunes après la seconde pro en MFR ?

Sur 5 877 jeunes enquêtés (soit 63,2 % des inscrits), 5 183 poursuivent une formation.
Près de 90 % de jeunes inscrits en seconde professionnelle en MFR poursuivent leur scolarité en Bac professionnel dans une Maison familiale rurale. Très peu rejoignent un autre établissement agricole, quelques-uns retournent dans une formation de l’Éducation nationale soit en formation scolaire, soit en apprentissage.

 

 

 

 

 

 

 

Que deviennent les jeunes après la première bac pro en MFR ?

Sur 5 484 jeunes enquêtés (soit 63 % des inscrits), 4 622 poursuivent une formation.

Il est à noter des disparités selon les types de Bac professionnel et selon les MFR, en particulier pour celles qui ne proposent pas la classe de terminale.
321 élèves arrêtent leur formation. Près de la moitié d’entre eux sont déjà titulaires d’une certification et s’insèrent dans la vie active (152 sur 321 ont un emploi).

 

 

 

 

 

Insertion professionnelle des jeunes

Chaque année, les enquêtes destinées à mesurer l'insertion professionnelle des jeunes diplômés menées par les services du ministère de l'Agriculture, par les fédérations régionales des MFR et par les CFA MFR permettent de véifier la très bonne performance des Maisons familiales rurales, à court terme (7 mois après l'obtention du diplôme) et à long terme (33 mois après l'obtention du diplôme).